Pourquoi faut-il avorter des fœtus filles ?

arrow

La dot, la raison principale.

Quand une fille vient au monde, ses parents savent qu’ils devront payer une dot pour la marier, mais également payer l'entièreté du mariage.

La dot

Malgré la loi de 1961 interdisant la pratique de la dot, elle est encore d'application dans la majorité du pays. Elle sert de compensation pour la charge que la femme devient pour sa belle-famille quand elle part vivre chez cette dernière après son mariage.

Le mariage

Le mariage est considéré comme l’occasion principale de montrer son ascension sociale et d’étaler ses richesses aux yeux de tous. Plus le mariage sera grand, et plus le respect envers cette famille sera grand.

Dans certains cas, devoir payer le mariage de sa fille, mais également satisfaire la dot suffit à causer la ruine d’une famille.

Il est de tradition que la jeune mariée parte vivre avec sa belle famille.

Pour ses parents, cela signifie qu’il n’y aura personne pour s’occuper d’eux dans leurs vieux jours. De plus, en se mariant, la femme prend le nom de son mari. Cela signifie que, sans garçon, le nom de la famille ne sera pas perpétué.

Quand la femme se marie, son sort est entièrement entre les mains de sa belle-famille. La femme indienne ne peut qu’obéir sous peine d’être maltraitée.

La femme a un devoir et elle doit enfanter un fils.

Si elle a le malheur de faillir à sa tâche, son mari et sa belle-famille peuvent la maltraiter, voir la tuer. De plus, avoir une fille n’apporte rien à sa famille et apporte le déshonneur sur la maison.

La limitation des naissances en défaveur des filles.

Depuis les année 50’, le gouvernement indien met en place une politique de limitation des naissances pour remédier à la surpopulation. Après le deuxième ou troisième enfant, la femme est fortement encouragée à accepter de se faire stériliser.

Cette politique a, malheureusement, eu comme effet de faire baisser d’autant plus le nombre de naissances de petites filles.

En effet, s’il faut avoir moins d’enfants, il faut être sûr d’avoir au moins un garçon.

L’élimination des filles est le résultat de siècles de patriarcat.

Selon les règles de ce patriarcat, la femme n'est pas considérée comme un individu à part entière. La femme n'est donc en aucun cas maître de son destin et doit se soumettre à l’homme.

Le manque d'éducation

Pour maintenir ce statut de soumise, la femme est très peu éduquée. On considère que sa place est à la maison, à s’occuper des tâches ménagères, faire la cuisine et s’occuper des enfants.

La pauvreté

Pour encore renforcer cette soumission, le tradition veille à maintenir la femme dans la pauvreté. Le statut social inférieur de la femme lui interdit d’hériter de la maison et des terres de ses parents.

Qui souhaiterait infliger ça à sa fille ?

Une petite fille indienne grandit avec l’idée que la femme est inférieur à l’homme et qu’elle doit lui obéir.

Le monde dans lequel elle vit lui fait penser qu’elle n’est qu’une machine à faire des garçons et que si elle n’y arrive pas, elle ne mérite pas d’être bien traitée.

Des milliards de femmes en Inde ont pris cette décision et malheureusement, tant que la femme continuera d'être considérée comme soumise à l'homme, la situation ne peut pas changer…